Un bout de chemin.

– Alors nous y voilà.

– Je crois bien oui.

– Pourquoi êtes-vous revenu ?

– Je ne l’ai pas décidé, c’est venu comme ça c’est tout.

– Alors cette fois-ci vous allez me parler plus en détail de ce qui ne va pas ?

– Peut être… Je ne sais pas.

– Vous êtes ici pour quelque chose non ? Vous n’allez pas attendre en ne faisant et disant rien ?

– Pourtant c’est ce que je sais faire de mieux non ? Attendre et voir les choses évoluer. Ne rien faire et voir tout s’écrouler. J’ai l’habitude vous savez.

– Et pourquoi donc ne faites-vous rien ?

– Si je fais quelque chose… j’essaie mais ça ne change rien… je vois tous ces murs qui me constituent s’écrouler petit à petit.

– Et ça vous fais peur pas vrai ?

– Oui. Car je n’ai le contrôle de rien, je veux tant changer les choses mais je ne suis que spectateur de ce désastre.

– Mais vous allez apprendre ne vous en faites pas.

– Apprendre ? Oui j’apprend à me détruire et je le fais. Je me tais mais je le fais. Chaque jour je pense, je reste le plus silencieux possible car je n’ai plus rien à faire. Et j’observe. J’observe avec du recul ma vie en train de s’échapper, essayant de trouver un refuge. Mais je n’ai plus nul part où aller… Je ne sais plus. Je suis perdu. Je vois tout se finir et j’ai peur de la suite.

– Arrêtez d’avoir peur, cela nourrit tout ce que vous avez dit. Ne le faites plus.

– Mais c’est impossible, je vois tout le monde continuer à aller plus loin, à me laisser. Je vois tout le monde mourir devant moi sans pouvoir y faire quelque chose. C’est horrible vous savez la mort d’une personne qui vous ai chère. Et je n’en suis pas à la première. Chaque fois c’est un morceau de mon coeur qui se perd. Et à force… Je veux que ça s’arrête.

– C’est normal. Vous êtes humain, vous avez vos limites. Vous avez besoin de repos, beaucoup de repos.

– Je ne supporte plus la solitude, ce n’est pas du repos dont j’ai besoin… C’est de partir pour ne plus jamais être seul. Revoir Jolie Fleur, tout lui dire une bonne fois pour toute car renfermer tous mes sentiments ça commence à être dur. L’embrasser. Enfin… Ne plus retenir aucun de mes sentiments.

– Vous êtes amoureux ?

– Je pense. Vous savez je tourne souvent la page, des fois difficilement mais je le fais, avec de plus en plus de maturité mais elle. Je n’y arrive pas. Je veux plus que notre aventure. Enfin … Oui si l’amour c’est de vouloir que cette personne ne nous lâche jamais, nous aime, soit avec nous dans chaque événements de notre vie… Alors oui je suis amoureux. Je n’imagine pas autre chose. C’est flippant. Tout ce qui est dans ma tête est un bordel monstre. Tout sauf elle.

– Vous lui avez dit ?

– Oui et non. Elle s’en doute. Enfin j’espère…

– Dite lui.

– Je le ferai.

– Autre chose ?

– Oui… Non… J’ai juste peur de tout ça. Je me contrôle. J’essaie… Mais ça commence à être en dehors de mes possibilités.

– Faites en sorte qu’elles restent dans vos possibilités. Renforcez vos murs. C’est vrai il est beaucoup plus facile de détruire que construire. Mais l’un ne va pas sans l’autre non ?

– Oui… Enfin… Vous avez sûrement raison.

– Alors continuez. C’est difficile oui mais vous en avez les capacités en vous. Vous êtes quelqu’un. Affirmez-vous.

 

D’accord.

 

Au revoir ?

 

À bientôt.

 

Et ne la laisse jamais tomber.

 

Jamais de la vie.

 

Baby, I love you
But if you wanna leave, take good care
I hope you make a lot of nice friends out there
But just remember there’s a lot of bad and beware
Oh, baby, baby, it’s a wild world
It’s hard to get by just upon a smile